Press "Enter" to skip to content

Le #NoEstimates, un outil contre le middle-management ?

Le #NoEstimates, un outil contre le middle-management ?

Si je puis me permettre, j’ai l’impression que vous utilisez des exemples qui ne sont pas forcément de bonnes analogies. Au contraire, j’ai l’impression que ces exemples illustrent parfaitement comment #NoEstimates fonctionne.

L’examen de dépistage

Prenons l’exemple de la clinique/laboratoire qui fait un examen de dépistage. Il me semble extrêmement pertinent et montre au contraire comment fonctionne le #NoEstimates. En #NoEstimates, le fonctionnement de base est plutôt de se baser sur le temps de cycle que sur faire des estimations, et c’est exactement comme cela que fonctionnent les laboratoires : vous demandez quand vous aurez le résultat, et on vous donne un temps au bout duquel on a observé que les résultats étaient disponibles, disons 95% du temps (par exemple). Fondamentalement, c’est un processus empirique qui se base sur l’analyse des faits, plutôt que sur des estimations.

Je pense donc qu’il s’agit d’un bon exemple qui montre comment les institutions en dehors du logiciel fonctionnent naturellement en #NoEstimates plutôt qu‘en faisant des estimations.

Attention à la reproductibilité

On peut néanmoins pointer du doigt qu’il s’agit ici d’un travail qui est hautement reproductible, proche du manufacturing et contrairement à la conception du logiciel. Dit autrement, cela veut dire que c’est un domaine où le cycle en V fonctionnerait très bien, contrairement au logiciel qui s’est emparé de l’Agilité à la place.

La livraison de pizza

On peut faire la même analyse du second exemple que vous donnez, la livraison de pizza : une boutique qui tourne bien se basera sur des données essentiellement empiriques pour vous dire à quelle heure vous serez livré, et non des estimations.

Là encore, cependant, cela reste un exemple tiré par les cheveux car très reproductible contrairement à la conception de logiciel.

#NoEstimates ne veut pas dire aucune date

Ma reprise de vos deux exemples devrait expliciter le fait que fonctionner en #NoEstimates n’implique pas nécessairement de n’avoir aucune date.

Par contre, au lieu de faire des estimations, on regarde les faits, on analyse les données de fonctionnement de l’équipe, et à partir du temps de cycle on est capable de s’assurer qu’on tient des deadlines avec un haut indice de confiance.

Attention quand même aux dates inutiles

Je tiens quand même à pointer du doigt les cas, bien trop fréquents, où on demande des dates pour les mauvaises raisons : parce que c’est la seule manière dont un chef de projet, un manager, ou une organisation sait piloter un projet ou une équipe.

C’est plutôt là que je verrais intervenir le Coach Agile : pour aider tout le monde dans l’organisation à se focaliser sur ce qui compte vraiment, à savoir aucunement la prédictibilité mais au contraire la valeur produite et la vitesse d’apprentissage.

Un manque de bienveillance ?

Photo by Jono on Unsplash

Je vous rejoins sur le manque de bienveillance que peut avoir la communauté #NoEstimates. C’est ainsi ce qui me dérange le plus dans la communication de Vasco Duarte, l’initiateur du mouvement : son fil Twitter alterne traits de génie et remarques douteuses.

J’ai néanmoins envie de nuancer vos propos. Je ne suis pas sûr que le mouvement crée un quelconque clivage entre développeurs et le métier. Au contraire, je pense qu’il les rapproche.

Les développeurs n’ont strictement rien contre les dates lorsqu’elles sont pertinentes, lorsqu’elles font sens pour le business.

De même, le métier, le vrai, celui qui est aux commandes et qui manipule de l’argent, impose rarement des dates si elles ne sont pas réellement justifiées pour le business.

Non, c’est le middle management qui en prend pour son grade. Ce sont ces personnes interposées entre le business et ceux qui construisent le produit qui mettent des dates qui n’ont pas de sens pour le business. Et je pense que c’est bien à ces personnes-là que Vasco Duarte adresse ce tweet particulièrement acide :

Photo by Jono on Unsplash

On n’a jamais vu de développeur de start-up refuser de donner une date. Pourquoi ? Parce que la personne qui demande une date, c’est directement le PDG.

C’est directement le business qui demande une date. Ce n’est pas une organisation floue qui rajoute artificiellement des dates pour essayer de manager la complexité avec des outils inadaptés.

Top